Con la lotta del popolo algerino e…

… per la liberazione dei detenuti politici (*)

Algeri, protesta di fronte al tribunale che ha condannato il giornalista Khaled Drareni

 

Appello in solidarietà con la lotta del popolo algerino e per la liberazione dei detenuti politici

Decine di intellettuali europei, maghrebini e africani – dal filosofo Etienne Balibar al magistrato Domenico Gallo allo storico Achille Mbembe – al fianco del movimento di protesta algerino

L’insurrezione pacifica del popolo algerino per la conquista delle libertà democratiche, iniziata nel febbraio 2019, ha mostrato un grande senso di responsabilità, optando in marzo 2020 per la sospensione delle manifestazioni per evitare la propagazione dell’epidemia di Covid-19. Perseguendo lo scopo di costruire un migliore avvenire per il paese, il movimento detto Hirak ha agito coerentemente con i suoi obiettivi di libertà, le sue aspirazioni per la difesa dei diritti umani, e la sua strategia pacifica, nell’interesse superiore della nazione.

Gli attori della protesta sanno però che per raggiungere i loro obiettivi bisogna continua a mobilizzare pacificamente la maggioranza delle Algerine e degli Algerini per sconfiggere un sistema politico che nasconde, dietro una facciata civile et delle elezioni manipolate, la tenaglia del comando militare sulla vita politica, economica e sociale.

Invece di seguire la via della saggezza e il senso elevato di responsabilità della popolazione insorta, invece di rispondere alle sue legittime aspirazioni, i dirigenti algerini, preoccupati unicamente dalle lotte intestine per il potere, assemblano delle tabelle di marcia illusorie che non hanno altro obiettivo che salvaguardare un sistema politico rifiutato dalla maggioranza della popolazione.

Per rispondere alle aspirazioni espresse dal popolo insorto nel febbraio 2019, è necessario liberare le scene politiche e mediatiche dalla sorveglianza dei servizi di sicurezza. E’ necessario intraprendere, nel dialogo con tutte le forze vive del movimento pacifico detto Hirak, une transizione democratica reale, in grado di assicurare uno Stato di diritto, garante delle libertà individuali e collettive.

La negoziazione col movimento sociale impone la liberazione immediata di tutti i detenuti politici e/o d’opinione gettati in prigione da dei giudici sottomessi, con dei capi di imputazione che nulla hanno a che fare con la loro lotta per i diritti umani e le libertà democratiche.

La condanna iniqua dei giornalisti Khaled Drareni e Abdelkrim Zeghilèche a due anni di prigione è l’ennesima prova dell’esistenza di una giustizia asservita. La pena ricevuta da Khaled Drareni, punito per avere esercitato con onestà, responsabilità e impegno il suo lavoro di informazione è una delle più pesanti pronunciate contro un giornalista dall’indipendenza nazionale nel 1962.

La lotta del popolo algerino per la conquista dei suoi diritti legittimi merita la solidarietà attiva di tutte le donne e di tutti gli uomini che credono con fermezza nella giustizia e nella libertà. Nel manifestare la nostra solidarietà a questa lotta, noi:

denunciamo la politica repressiva condotta dal regime algerino contro il movimento pacifico e responsabile detto Hirak, speranza di liberazione e emancipazione civiche;

esigiamo la liberazione immediata e senza condizioni di Khaled Drareni e di tutti i detenuti politici e/o d’opinione;

incoraggiamo le diverse istanze europee e internazionali a esigere dallo Stato algerino il rispetto di tutti i trattati e le convezioni di difesa dei diritti umani da lui ratificati;

chiediamo solennemente al capo dello Stato algerino di far rispettare, realmente, i diritti e le libertà delle cittadine e dei cittadini, come stabilito dalle convenzioni internazionali ratificate dall’Algeria.

per adesioni: acda.dz@gmail.com

Primi firmatari (in ordine alfabetico)

Belaïd Abane, professeur de médecine, politologue (Algérie)

Hassine Abassi, ancien secrétaire général de l’UGTT, Prix Nobel de la Paix 2015 (Tunisie)

Aïcha Abdelmoumen, retraitée (Algérie)

Fouad Abdelmoumni, secrétaire général de Transparency Maroc, économiste (Maroc)

Adel Abderrezak, enseignant universitaire (Algérie)

Ramdane Achab, éditeur (Algérie)

Gilbert Achcar, professeur d’université, essayiste (Liban)

Lahouari Addi, sociologue, professeur d’université (Algérie)

Fouzia Adel, militante de Solidarité Palestine (France/Algérie)

Abderrahim Afarki, bibliothécaire (Maroc/France)

Rachid Ahnou, expert-comptable (Algérie)

Ayad Ahram, président de l’ASDHOM (Maroc)

Manel Aisa, président de l’Ateneu Enciclopèdic Popular, Catalogne (Espagne)

Nadia Aïssaoui, sociologue (Algérie)

Massinissa Aït Ahmed, musicien, Catalogne (Espagne)

Ali Aït Djoudi, président de Riposte internationale (France/Algérie)

Omar Aït Oussaïd, médecin (France)

Sanhadja Akrouf, militante associative et féministe (Algérie)

Hala Alabdala, cinéaste (Syrie)

Bartomeu Albertí, éditeur, Mallorca, Baléares

Yassin Al-Hadj Saleh, écrivain (Syrie)

Zineb Ali-Benali, professeur émérite de littératures francophones (France)

Tewfik Allal, coordinateur d’ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie)

Paul Alliès, professeur émérite, Université de Montpellier (France)

Hassan Allod, membre du secrétariat de la CMODH (Maroc)

Maram Al Masri, poétesse (Syrie)

Marc Almodóvar, journaliste, Catalogne (Espagne)

Ghanima Ammour, poétesse (Algérie)

Samia Ammour, militante associative (Algérie)

Oriol Andrés, journaliste, Catalogne (Espagne)

Hamid Arab, journaliste (France/Algérie)

Aïcha Arnaout, artiste peintre, poétesse (Syrie)

Antoine Artous, responsable de la revue « Contre-Temps » (France)

Sion Assidon, citoyen (Maroc)

Pierre Audin, Association Josette et Maurice Audin (Algérie, France)

Sofiane Baba, professeur d’université (Canada)

Bertrand Badie, professeur émérite, Science-po Paris (France)

Pierre-Robert Baduel, sociologue politique, directeur de recherche honoraire au CNRS, (France)

Malika Bakhti, ingénieur d’études (France)

Anis Balafrej, ingénieur (Maroc)

Etienne Balibar, philosophe (France)

Brigitte Bardet-Allal, professeure de lettres classiques (France)

Mahfoud Bedrouni, vice-président de l’Association nationale de lutte contre la corruption (Algérie)

Adda Bekkouche, juriste (France)

Yacine Belahcene, musicien, Catalogne (Espagne)

Saïd Belguidoum, sociologue, enseignant-chercheur (France/Algérie)

Souhayr Belhassen, présidente d’honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH)

Akram Belkaïd, journaliste (Algérie)

Farouk Belkeddar, militant associatif (France/Algérie)

Hocine Bena, professeur d’histoire (France)

Sana Ben Achour, juriste, fondatrice de la Maison des femmes Beyti (Tunisie)

Bachir Ben Barka, président de l’Institut Mehdi-Ben Barka (Maroc)

Kamel Bencheikh, écrivain et chroniqueur (Algérie)

Madjid Benchikh, professeur émérite, ancien doyen de la Faculté de droit d’Alger (Algérie)

Mustapha Benfodil, journaliste et écrivain (Algérie)

Raymond Benhaïm, membre du CEDETIM (Maroc)

Nourredine Benissad, président Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (Algérie)

Abdessatar Ben Moussa, ancien bâtonnier et président honoraire de la LTDH, Prix Nobel de la paix 2015 (Tunisie)

Karim Bennabi, conseil communication et médias (Algérie)

Sebastià Bennassar, écrivain, Mallorca, Baléares

Ali Bensaad, géographe, professeur d’université (France)

Mohamed El Moncef Bentchikou, professeur émérite des universités

Madjid Ben Yaou, enseignant-chercheur à l’université (Algérie)

Othmane Benzaghou, expert en risques financiers et coordinateur de Doustourouna (Algérie)

Belkacem Benzenine, politologue, chercheur (Algérie)

Sophie Bessis, historienne (Tunisie)

Mariano Bona, militante de « Algérie au coeur » Isère (France)

David Bondia, professeur de droit, président de IDHC, Catalogne (Espagne)

Hmimi Bouider, militant du FFS et ex-détenu (Algérie)

Mohamed Boulaïch, militant politique (Maroc)

Omar Boulesnam, chef d’entreprise (Allemagne/Algérie)

Alima Boumediene-Thiery, avocate (France)

Mouloud Boumghar, professeur d’université (Algérie)

Omar Bouraba, militant politique (Algérie/France)

Txell Bragulat, directrice de la Mostra Cinema Àrab i Mediterrani de Catalunya (Espagne)

Ali Brahimi, juriste et militant démocrate (Algérie)

Youssef Brahimi, consultant Nations unies (Algérie)

Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières (France)

Joan Buades, professeur, activiste écologiste, Mallorca, Baléares

Guillem Balboa Buika, député de MES pour le Conseil de Mallorca, Baléares

Bel Busquets, vice-présidente du Conseil de Mallorca, Baléares

Yves Cabanes, urbaniste, professeur émérite (France)

Nour Carmona, artiste (France)

Hamid Challal, militant associatif (France/Algérie)

Philippe Chamek, membre de Mémorial 98 (France)

Gérard Chaouat, directeur de recherches émérite (France)

Jacqueline Charretier, militante des droits de l’homme (France)

Kacem Chebab, militant des droits humains et syndicaliste (Maroc)

Mouhieddine Cherbib, militant des droits humains, membre fondateur de la CRLDHT (Tunisie)

Khadija Cherif, sociologue, militante féministe (Tunisie)

Alice Cherki, psychanalyste (France/Algérie)

Philippe Chesneau, militant écologiste (France)

Noam Chomsky, écrivain, professeur émérite (Etats-Unis)

Driss Chouika, réalisateur-producteur (Maroc)

Jean-Louis Comolli, cinéaste, écrivain (France)

Bachir Dahak, juriste, militant associatif (France)

Ahmed Dahmani, économiste (Algérie)

Labiba Daïfallah-Djermani, consultante (France/Algérie)

Leyla Dakhli, historienne, CNRS (France)

Jocelyne Dakhlia, universitaire (France)

Maria Dantas, députée au Congrès espagnol (GP républicain), Catalogne (Espagne)

Pierre Dardot, philosophe (France)

Emmanuel Decaux, professeur émérite, ancien président du Comité des Nations unies contre les disparitions forcées (France)

Olivier de Frouville, juriste, professeur d’université (France)

Tahar Dekar, cadre comptable et financier (Algérie)

Bruno Della Sudda, militant altermondialiste et autogestionnaire (France)

Ouardia Derriche, militante associative et féministe (Belgique)

Souleymane Bachir Diagne, philosophe, Columbia University, directeur de Institute of African Studies (Sénégal)

Nacer Djabi, sociologue, professeur émérite (Algérie)

Yahia Djafri, enseignant (France)

Fafia Djardem, psychiatre, psychanalyste (France/Algérie)

Hubert Moriceau, ingénieur (France)

Kaci Djebbara, étudiant (Algérie)

Saïd Doumane, économiste (Algérie)

Bernard Dréano, président du CEDETIM (France)

Jean-Numa Ducange, historien (France)

Pierre Dufour, militant paysan, citoyen du monde

Marie-Hélène Dumas, écrivaine et traductrice (France)

Nacera Dutour, porte-parole du Collectif des familles de disparus en Algérie (Algérie)

Miguel Eek, cinéaste, Mallorca, Baléares

Mohammed El Adbi, professeur retraité (Maroc)

Asmahan El Batraoui, traductrice (Egypte)

Belaïd Elbousky (États-Unis/Maroc)

Stéphane Eljaran, de l’Union syndicale Solidaires (France)

Ahmed Farradji, retraité de l’Education nationale (Algérie)

Jacques Fath, spécialiste des relations internationales (France)

Txell Feixas, journaliste, Catalogne (Espagne)

David Fernandez, journaliste, ancien député, Catalogne (Espagne)

Luigi Ferrajoli, professeur émérite de philosophie du droit, Université de Rome (Italie)

Patrick Fodella, militant associatif et syndical (France)

Jacques Fontaine, géographe, retraité de l’Université de Besançon (France)

Clara Fontanet, documentaliste et galeriste, Mallorca, Baléares

Guillem Frontera, écrivain, Mallorca, Baléares

Jean Frouin, membre de la Ligue des droits de l’Homme (France)

René Gallissot, historien, professeur émérite (France)

Domenico Gallo, magistrat, président de section à la Cour de cassation (Italie)

Aritz Garcia, président de SODEPAU, Catalogne (Espagne)

Isabelle Garo, philosophe (France)

Luca Gervasoni, président de Lafede (Organisation des ONG des droits de l’Homme), Catalogne (Espagne)

François Gèze, éditeur (France)

Nasser Eddine Ghozali, professeur d’université (Algérie)

William Goldberg, président de la fédération de Lyon de la LDH (France)

Ricard Gonzalez, journaliste, Catalogne (Espagne)

Larbi Graïne, journaliste (Algérie)

Ali Guenoun, historien (France)

Michelle Guerci, journaliste (France)

Janette Habel, politologue (France)

Subhi Hadidi, critique littéraire, éditorialiste (Syrie)

Sadek Hadjerès, écrivain, ancien dirigeant du PAGS (Algérie)

Anis Hadj Henni, entrepreneur (Canada)

Ghassan Hage, anthropologue, écrivain (Liban)

Muriam Haley Davis, historienne (Etats-Unis)

Hamid Hami, retraité Education nationale (Algérie)

Abdelkader Haoues, avocat auprès de la Cour suprême et du Conseil d’Etat (Algérie)

Mohammed Harbi, historien (Algérie)

Zaher Harir, ingénieur, président du Forum de solidarité euro-méditerranéen (France/Algérie)

Jean-Marie Harribey, économiste (France)

Bahey-Eddin Hassan, directeur du Cairo Institute for Human Right studies (Egypte)

Fatiha Hassanine, photographe, directrice de production (Algérie)

Jamila Heitz, professeure (Suisse/Algérie)

Yacine Herirèche, consultant en management de la qualité (Algérie)

Albert Herszkowicz, membre de l’association Mémorial 98 (France)

Ghazi Hidouci, ancien ministre de l’économie en exil (Algérie)

Hacène Hirèche, consultant (France)

Mahmoud Hussein, écrivains (Egypte)

Michel Husson, économiste (France)

Ali Ihaddadene, enseignant (Canada/Algérie)

Saliha Ibersiene, informaticienne (Algérie)

Ahmet Insel, essayiste, politologue (Turquie)

Franco Ippolito, ancien magistrat à la Cour de cassation, président de la Fondation Lelio-Basso (Italie)

Hana Jaber, chercheuse (Liban)

Ramin Jahanbegloo, philosophe, vice-directeur du Centre Mahatma-Gandhi pour la paix, Jindal Global University India (Iran)

Kamel Jendoubi, militant des droits humains, expert auprès du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme pour le Yément (Tunisie)

Alain Joxe, directeur d’études à l’EHESS (France)

Abdelkader Kacher, professeur d’université (Algérie)

Aïssa Kadri, sociologue, professeur d’université (Algérie)

Myriam Kendsi, artiste peintre (France/Algérie)

Omar Kezouit, membre d’ACDA, militant pour une Algérie démocratique et sociale (France/Algérie)

Abdelhalim Khairedine, avocat et enseignant en droit (Algérie)

Pierre Khalfa, économiste (France)

Tahar Khalfoune, juriste (Algérie)

Habib Kheddache, avocat (Algérie)

Elias Khoury, romancier (Liban)

Toufik Kloul, promoteur (Algérie)

Bassma Kodmani, politologue (France/Syrie)

Aziz Krichen, écrivain (Tunisie)

Isabelle Krzywkowski, professeure des universités (France)

Abdellatif Laabi, poète (Maroc)

Souad Labbize, écrivaine (Algérie)

Kamal Lahbib, défenseur des droits de l’Homme (Maroc)

Mehdi Larbi, sociologue, professeur d’université (Algérie)

Seddik Lardjane, ancien cadre supérieur, ancien journaliste économique (Algérie)

Aziz Latrach, militant associatif (Maroc)

Olivier Le Cour Grandmaison, universitaire (France)

Catherine Lévy, sociologue (France)

Miquel Àngel Llauger, poète et traducteur, Mallorca, Baléares

David Llistar, directeur de Justicia global i cooperacio international, Catalogne (Espagne)

Joan Llodrà, député de MES, Conseil de Mallorca, Baléares

Marta Ball Llosera, écologiste, Catalogne (Espagne)

Farid Lounis, étudiant (France)

Michael Löwy, sociologue (France)

Latifa Madani, journaliste (France/Algérie)

Mouloud Madoun, professeur (France/Inde)

Ahmed Mahiou, ancien doyen de la Faculté de droit d’Alger et ancien juge ad-hoc à la Cour internationale de justice (Algérie)

Ziad Majed, politiste, écrivain (Liban)

Gilles Manceron, historien (France)

Marc Mangenot, économiste (France)

Pierre Mansat, président de l’Association Josette et Maurice Audin (France)

Farouk Mardam Bey, historien, éditeur (Syrie)

Tomeu Martí, écrivain, journaliste, Mallorca, Baléares

Joan Josep Mas, député de MES, Mallorca, Baléares

Souad Massi, artiste (Algérie/France)

Gustave Massiah, membre du conseil du Forum social mondial (France)

Achille Mbembe, professeur d’histoire et de sciences politiques à l’Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud (Cameroun)

Hanny Megally, collaborateur principal, Centre on International Cooperation, New York University (Égypte/Etats-Unis)

Sid-Ali Mekhane, retraité (Finlande/Algérie)

Jacques Menigoz, militant des droits de l’Homme (France)

Marc Mercier, président du Réseau Euromed France

Christine M. Merkel, responsable du département de la culture et de la communication (Mémoire du monde), Commission allemande pour l’UNESCO (Allemagne)

Samia Messaoudi, journaliste, association Au nom de la mémoire (France/Algérie)

Amar Mohand-Amer, historien (Algérie)

Hamid Moumène, ingénieur retraité (France)

Rosa Moussaoui, journaliste (France)

Amel Mouterfi, enseignante-chercheure (Algérie)

Leïla Nachawati Rego, écrivaine (Espagne)

Jean-Baptiste Naguib, défenseur des droits de l’Homme (France)

Habib Nassar, avocat, directeur des politiques et de la recherche, Impunity Watch (Liban/Pays-Bas)

Josep Maria Navarro, anthropologue, Catalogne (Espagne)

Mamadou Niang, syndicaliste de la CGTM (Mauritanie)

Pap Ndiaye, historien, professeur à Science-po Paris (France)

Antoni Noguera, coordinateur de MES pour Mallorca, Baléares

Perrine Ollf, membre de l’UJFP (France)

Marc Ollivier, chercheur CNRS retraité (France)

Karim Ouaras, sociolinguiste (Algérie)

Salah Oudahar, directeur du festival Strasbourg-Méditerranée (France)

Mehdi Ourdani, informaticien (Algérie)

Isidre Pallàs, conseiller, mairie de Garrigoles, Catalogne (Espagne)

Jaime Pastor, professeur de sciences politiques, éditeur, Madrid (Espagne)

Jean Perrin, ingénieur honoraire (France)

Marcel Pich, musicien, Mallorca, Baléares

Baltasar Picornell, ancien président du Parlement des Iles Baléares

Antoni Pingrau Soli, professeur de droit, Université de Tarragone (Espagne)

Edwy Plenel, journaliste (France)

Damià Pons, professeur de littérature catalane à l’Université de Mallorca, Baléares

Pere Antoni Pons, écrivain, Mallorca, Baléares

Marc Schade Poulsen, chercheur invité, Université de Roskilde (Danemark)

Larbi Rabdi, universitaire (Algérie)

Fatiha Rahmouni, avocate (France)

Margalida Ramis, porte-parole du GOB (Organisation unitaire de l’écologie), Baléares

Eulalia Reguant, ancien député, Catalogne (Espagne)

Fabrice Riceputi, historien (France)

Santiago Alba Rico, philosophe (Espagne)

Michèle Riot-Sarcey, historienne (France)

Anabel Riveras, chef d’entreprise, Mallorca, Baléares

Massaoud Romdhani, militant des droits de l’Homme (Tunisie)

Natalia Roma, journaliste, Catalogne (Espagne)

Henri Rossi, architecte retraité, militant des droits de l’Homme (France)

Joan Roura, journaliste, Catalogne (Espagne)

Khadija Ryadi, coordinatrice de la Coordination maghrébine des organisations des droits humains (CMODH), lauréate du prix des Nations unies pour les droits de l’Homme (Maroc)

Farid Saâdi-Leray, sociologue (France)

Slimane Saadoun, écrivain (Algérie)

Lana Sadeq, présidente du Forum Palestine Citoyenneté (Palestine)

Madani Safar Zitoun, sociologue, professeur d’université (Algérie)

Nadji Safir, sociologue (France)

Pierre Salama, économiste, professeur émérite, Université Sorbonne-Paris-Nord (France)

Nour Salameh, chercheuse, traductrice, Catalogne (Espagne)

Malik Salemkour, président de la Ligue des droits de l’Homme (France)

Benet Salellas, avocat, Catalogne (Espagne)

Saïd Salhi, vice-président de la LADDH (Algérie)

Noureddine Saoudi, militant droits humains (Maroc)

Tewfik Sari, professeur d’université (France)

Mamadou Moctar Sarr, secrétaire exécutif FONADH (Mauritanie)

Philippe Schepens, professeur émérite à l’Université de Franche-Comté (France)

Kenza Sefrioui, éditrice (Maroc)

Gabriela Serra, enseignante, activiste et ancien député de la CUP (Espagne)

Jaume Serra, artiste plasticien, Mallorca, Baléares

Hamid Seyad, membre du bureau exécutif de l’Instance nationale de défense des biens publics (Maroc)

Menad Si Ahmed, climatologue (Algérie)

Patrick Silberstein, éditeur (France)

Evelyne Sire-Marin, magistrate, ancienne présidente du Syndicat de la magistrature (France)

Francis Sitel, membre de la rédaction de la revue « Contre-Temps » (France)

Nabila Smaïl, avocate (Algérie)

Geneviève Stalla-Moriceau, psychologue (France)

Jordi Solé, euro-parlementaire (Vert/ALE), Catalogne (Espagne)

Amar Taleb, militant pour la démocratie (Algérie)

Emmanuel Terray, anthropologue (France)

Philippe Texier, magistrat, président du Tribunal permanent des peuples (France)

Jean-Pierre Thorn, cinéaste (France)

Gianni Tognoni, secrétaire général du Tribunal permanent des peuples (Italie)

Enzo Traverso, historien, professeur d’université (Etats-Unis)

Antoni Trobat, journaliste, historien, Mallorca, Baléares

Neus Truyol, conseiller Mairie de Palma (Espagne)

Francesc Tubau, activiste social, Catalogne (Espagne)

Arnaud Veïsse, médecin, Paris

Françoise Vergès, politologue (France)

Marie-Christine Vergiat, militante des droits de l’Homme, ancienne députée européenne (France)

Vicenç Vidal, sénateur pour les Iles Baléares (Espagne)

Lynn Welchman, professeure de droit, Université de Londres (Royaume-Uni)
Michel Wilson, co-président de « Coup de soleil » Auvergne/Rhônes-Alpes (France)

Samir Yahiaoui, architecte (France)

Farid Yaker, citoyen militant (France/Algérie)

Ahmed Zefzafi, porte-parole de l’Association TAFRA de défense des prisonniers politiques du Hirak du Rif (Maroc)

Youcef Zirem, écrivain (Algérie)

Abdallah Zniber, militant associatif, ancien président de IDD (Maroc)

Rachid Zouaimia, juriste, professeur d’université (Algérie)

Ayad Zoubir, retraité (Algérie)

(*) testo e foto dal quotidiano “il manifesto” del 3 ottobre

Daniele Barbieri
Un piede nel mondo cosiddetto reale (dove ha fatto il giornalista, vive a Imola con Tiziana, ha un figlio di nome Jan) e un altro piede in quella che di solito si chiama fantascienza (ne ha scritto con Riccardo Mancini e Raffaele Mantegazza). Con il terzo e il quarto piede salta dal reale al fantastico: laboratori, giochi, letture sceniche. Potete trovarlo su pkdick@fastmail.it oppure a casa, allo 0542 29945; non usa il cellulare perché il suo guru, il suo psicologo, il suo estetista (e l’ornitorinco che sonnecchia in lui) hanno deciso che poteva nuocergli. Ha un simpatico omonimo che vive a Bologna. Spesso i due vengono confusi, è divertente per entrambi. Per entrambi funziona l’anagramma “ride bene a librai” (ma anche “erba, nidi e alberi” non è malaccio).

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *